Focus du Jour : Fiona Walden (interview filmée)

On l’a découvert ….

J’avais déjà entendu parlé d’elle par le biais d’un de mes amis photographes, et le sublime titre « Désert » issu de son premier EP qui m’avait emballé les oreilles. En allant la voir dans le cadre du festival des Francofolies de la Rochelle dans l’écrin du Théâtre  de la Coursive en Juillet 2016, sans le savoir, elle m’a fait le plus beau des cadeaux : tomber instantanément en amour de sa musique, de son univers Western familier et marquant, et assister à l’éclosion scénique d’une artiste en devenir est toujours émouvant et déconcertant à la fois.

A son entrée sur scène, on est tout de suite capté par le charisme évident et tout en retenue de cette jeune fille longiligne, rappelant avec ses longs cheveux tombant dans le dos, les attributs des chanteuses Folk des Seventies, façon  Joan Baez ou mieux encore une Calamity Jane échappée d’on ne sait quel paysage de l’Ouest américain, qui s’accompagne uniquement d’une guitare acoustique sous le regard bienveillant de son compagnon de scène le guitariste Saad Tabainet. Puis, elle déroule tambour battant, sans faire montre d'aucun trac, ses chansons issues de son premier EP "Wanted" avec l'assurance (déjà) d'une grande professionnelle et emballe le public présent dans la salle. Cette toute jeune fille a conquis en un seul concert mon coeur d'auditrice, qui se presse d'aller lui acheter son CD juste après la fin de son spectacle. Je la retrouve avec plaisir sur la scène du Bus Palladium à Paris en Septembre dernier et cette fois-ci je prends le temps de faire connaissance avec l'artiste Fiona Walden.

 

Focus du Jour : Fiona Walden (interview filmée)

Ce que l’on sait de l’artiste

Sur le papier, Fiona Walden est une jeune femme de 25 ans, originaire de Marseille, issue d’une famille de musiciens, compositrice-interprète et autodidacte musicalement parlant, qui est passé par les cases Internet (pour apprendre à jouer de la guitare) et un groupe de copains pour la découverte de sa voix et plus tard le virus de la scène. Après une école de communication et un stage dans la pub, elle fait une rencontre capitale avec le multi-instrumentiste, le guitariste émérite et surtout le producteur indépendant du label  RTSL Music, Saad Tabainet.

Suffisamment décisive pour qu’il soit convaincu de travailler de suite avec elle et produire son premier EP de 5 titres. Après un été de réflexion de la part de l’apprentie chanteuse, ce mini-album qui voit le jour en 2015, porte un  titre qui augure déjà un univers marqué  « Wanted ». Depuis sa sortie, Fiona est déjà cataloguée « artiste à suivre en 2016 » #AppleMusic ou encore artiste rock de l’année aux #OuiFMAwards.

Mais c’est certainement celui d’Artiste du chantier des Francos promotion 2016-2017 qu’il faut retenir. Car passer par cette vénérable institution est un signe qui ne trompe pas. Ce dispositif d'accompagnement destiné aux jeunes artistes en développement de carrière et géré par le festival des Francos depuis 15 ans peut se targuer d'avoir accompagné des artistes qui comptent sur la scène musicale française (ZAZ et Cali figurent parmi les plus connus, mais aussi Émilie Loizeau, Rover, Cascadeur, Lescop ou encore François and the Atlas Mountains), dont la carrière a décollé et qui sont reconnu autant par leurs pairs que par le public. On lui souhaite le même parcours.

Dans sa musique, on a aimé …

C’est avant tout son premier EP 5 titres «Wanted» (sorti le 16 mars 2015 et autoproduit par RTSL Music) qui mérite d’être écouté dans son intégralité. Déjà par le titre, le décor est planté : Fiona Walden nous balade sur les pistes du grand Ouest américain. Elle chante en anglais,  et déroule un univers  inspiré du Far West et des films de Sergio Leone, bercé par la musique d’Ennio Morricone. C’est surtout dès la première écoute, qu’on est impressionné par sa voix profonde et rauque, qui vont bien au teint et à son look de folkeuse. Elle a une voix immédiatement reconnaissable, qui fait penser à son ainée Patti Smith, la théatralité en moins et la fougue en plus. 

Fiona Walden a puisé son style musical vintage mais un héritage original dans les espaces désertiques, les décors poussièreux d'œuvres cinématographiques comme celui des 7 Mercenaires de John Sturges. A moins que ce ne soit également une version restaurée et moderne de la BO d’Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone, qu’elle transforme en une espèce de « pop électro-western » comme elle le dit si bien. Avec des personnages comme son « Johnny » qui ouvre l’EP, elle est prête à dégainer les guitares country et americana au son des cloches qui scellent la destinée de ce pauvre hère. Dans ce titre, on a bien aimé les clins d’œil à peine déguisés à la chanson Bonnie and Clyde de feu Gainsbourg.

 

Focus du Jour : Fiona Walden (interview filmée)

Avec le titre « Wanted », Fiona Walden en chanteuse inspirée, qui manie l’anglais comme personne, nous fait virevolter au son des banjos et une rythmique qui tambourinent sur une pop dansante et mélancolique,  où se mêlent des ambiances hispanisantes et les trompettes des mariachis. Influencée par les images du film  Silent Night, Bloody Night, avec une des égéries d’Andy Warhol, Mary Woronov, elle fait revivre avec le titre « Desert » (un petit bijou), cette histoire terrible de maison maléfique.  Fiona Walden nous prend par surprise avec cette ballade lunaire, cette chanson sombre baignant dans une atmosphère intime et angoissante, d’une richesse mélodique extraordinaire portée par les trompettes qui apporte  une vraie sensibilité à cette composition.

Puis sur la composition « Don’t ride », elle  pose sa voix grave sur de l’electro-pop et une mélodie pop-rock percussive. On a aimé l’énergie dégagée par ce titre où résonnent les riffs de guitares hispaniques et sa voix qui part en live dans les aigus comme un cheval au galop. Un titre flamboyant qui revient aux sources et à l’univers marqué de Wanted. "Cold Heart", qui est le dernier single sorti en streaming, clôture en beauté cet EP étonnant. On rejoint cette ambiance dansante pop-électro abordée avec "Don’t Ride", sur des paroles fortes qui évoquent le thème difficile de la rupture. Fiona Walden mélange habilement un refrain entêtant avec le son répétitif  des claviers qui s’éloigne vraiment des déserts et du son Western des débuts.

La richesse des ambiances, des mélodies marquantes, une voix enjôleuse et captivante, la talentueuse Fiona Walden nous gâte vraiment avec ce premier EP 5 titres plus que prometteur ! Et on espère un avant-goût de son premier album déjà attendu ...

Fiona Walden aux Francofolies de la Rochelle 2016 - Copyright Astrid Souvray - Reproduction interdite.

Fiona Walden aux Francofolies de la Rochelle 2016 - Copyright Astrid Souvray - Reproduction interdite.

Son actu

Pour la découvrir, je vous invite à écouter son dernier single « Cold Heart » et à regarder son dernier clip vidéo du même nom. Après avoir fait sensation aux Francofolies de la Rochelle, et dernièrement au MaMA puis au Cabaret Sauvage avec les Allah-Las,  vous la retrouverez certainement très bientôt sur scène à Paris.

Nous avons pu la rencontrer de façon impromptue au Bus Palladium en Septembre dernier où elle nous a parlé de son EP bien sûr, mais aussi de la scène qui est très importante à ses yeux, et bien sûr de la suite … Car Fiona Walden se focalise maintenant sur la réalisation de son premier album, toujours en compagnie de Saad Tabainet.  Il devrait être composé et enregistré entre Paris et Londres (dans le mythique Abbey Road Studios), avec une sortie prévue pour 2017 en principe (on me glisse dans l’oreillette, que Fiona Walden serait entouré des musiciens ayant travaillé avec Amy Winehouse). Ce qui est de très bon augure pour la nouvelle année qui se profile.

 

 

Les indispensables

Son EP 5 titres « Wanted » (Label RTSL Music) est disponible, en physique et sur les plateformes digitales légales.

 

Plus d’infos : Site officiel / Facebook / Twitter Youtube

Retour à l'accueil