Crédit photo : Astrid Souvray. Reproduction interdite. Tous droits réservés

Crédit photo : Astrid Souvray. Reproduction interdite. Tous droits réservés

Autant ne pas vous le cacher. J’attendais avec une immense impatience le retour de Louis-Jean Cormier dans les contrées françaises. Finalement, avec le support du label Yotanka Productions (PIAS distribution), Louis-Jean Cormier s’est décidé à sortir son dernier album solo « Les grandes Artères » en France à partir du 26 août. Et donc la promesse de concerts dans l’hexagone et de journées de promotion.

Passé par le Festival des Vieilles Charrues et celui des Francofolies de la Rochelle cet été, bien sûr, je n’ai pas loupé l’occasion de le voir en Live défendre son opus. Même s’il sort son album solo, il n’est pas seul sur scène et est accompagné de sa gang (comme on dit volontiers au Québec), ses musiciens, qui en plus d’être instrumentistes se joignent à la voix de Louis-Jean Cormier : Simon Pedneault (guitare), Guillaume Chartrain (basse) et Marc-André Larocque (batterie).

En dépit d’un accent chantant, Louis-Jean est un incroyable interprète, un homme de scène à qui on ne la raconte pas. Il sait embarquer son public, même nouveau, avec ses chansons mélancoliques sur le papier (à défaut de l'être dans la vie), mais aussi des titres très enlevés qui vous secouent bien les oreilles (ah ... ce solo de guitare sur « Saint Michel »). En plus, il est doué d’un humour particulier qui fait mouche, qui détend l’atmosphère. C’est qu’il est un fin magicien en relations humaines notre Louis-Jean Cormier. Il a bien réussi à me faire croire que son cousinage pas si éloigné que cela (il a des ancêtres dans la région de la Rochelle), nous permet quelque part d'être tous un peu Québécois sans le savoir. Un concert très réussi, une ambiance rock and roll, avec ovation debout et un public hyper enthousiaste, le talent, ça ne trompe pas !

Louis-Jean Cormier, l'interview filmée

En tout cas, c’est à la fin de ce mois d’août particulièrement ensoleillé, que je vais rencontrer très impatiente, ce génial artiste. Je suis accompagné de Frédéric Petit, photographe de son état, qui prendra quelques clichés pendant la session. Par contre, ce que je n’avais pas prévu en arrivant à son pied à terre parisien, pour lui poser quelques questions, c’est que depuis quelques jours, la France et la capitale en particulier est noyée sous une canicule insupportable. J’arrive en nage pour découvrir un Louis-Jean Cormier, un peu assommé par le jetlag (il a atterri il y a à peine une journée) et la chaleur ambiante.

Un ventilateur tourne dans la pièce qui peine à rafraichir l’assistance présente. C’est dans ces conditions un peu particulières que je pose ma caméra pour m’entretenir avec lui de son album « Les Grandes Artères » (Yotanka Prod./PIAS/Simone Records). En attendant que je m’installe, il trouve tout de même la force de faire des plaisanteries. Notamment, en expliquant qu’en partant de Montréal, il pensait amener des vêtements chauds pour son séjour à Paris, et qu’il a dû se raviser assez vite en prenant tee-shirts et bermudas pour faire face à cette température aoutienne caniculaire. Ce qui explique qu’il nous reçoive en tenue très estivale en tee-shirt blanc et bermuda gris foncé, lové dans son canapé marron.

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Pendant cet entretien, je découvre un Louis-Jean Cormier affable, presque familier, très bavard, qui montre de l’intérêt pour les questions qu’on a dû lui poser des milliers de fois. Il prend le temps de développer son propos, en professionnel aguerri de la communication, et émaille son discours d’expressions québécoises que je savoure avec bonheur. De quoi enrichir mon vocabulaire pour mon prochain voyage la-bàs. Même s’il est fatigué, Louis-Jean Cormier assure la promotion de son album avec un plaisir non feint. Nous abordons aussi bien son passé avec Karkwa (juste un peu) que son album qui sort très bientôt, en se focalisant sur certains titres.

 

J’en profite aussi pour poser des questions sur l’artiste, sur sa perception de cette nouvelle aventure en territoire français, sans la notoriété acquise au Québec. Nous terminons l’entrevue sur les artistes québécois qu’il souhaite mettre en avant, et je retrouve le Louis-Cormier, producteur, presque chauvin, autant à l’aise que dans son rôle de chanteur, qui défend la production québécoise.

Je vous propose dès à présent d’écouter cette interview filmée chez lui.

Si vous êtes arrivés au bout de cette interview, il est possible que sa playlist personnelle vous plaise. Ca tombe bien, le blog vous propose de découvrir en musique sa playlist des artistes qu’il écoute en ce moment et qui pourrait peut-être vous donner envie de vous procurer, en plus de son disque "Les Grandes Artères", leurs albums ou tout simplement de faire des découvertes ! Je suis assez contente de découvrir 2 artistes français dans sa sélection : Feu ! Chatterton et Bertrand Belin.

Un très bon choix, pour moi qui suis férue de la musique de cet excellent groupe qui redonne à la chanson française un vrai coup de jeunesse, qui n'en finit pas de monter en participant aux plus gros festivals français cet été. Et là je me prends à rêver peut être d’une future collaboration (ou même d'une première partie en concert) avec ces artistes  dont l’univers musical est assez proche du sien.

Playlist d'artistes sélectionnés par Louis-Jean Cormier le 26 août 2016

Après l’entretien, nous avons eu la chance d’être invité par Louis-Jean et Xavier à assister à une session acoustique organisée par le site Froggy’s Delight. Il était bien entendu impossible pour moi et Frédéric de refuser cette généreuse invitation. Et nous avons eu raison de venir. Nous avons en quelque sorte assisté à un mini-concert intimiste et privé avec l’équipe de tournage (merci à eux pour ce partage impromptu en avant-première). Pour couronner le tout, il y a eu cerise sur le grand gâteau québécois offert par Louis-Jean Cormier himself.

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Il a invité pour un titre, le chanteur de 3 Minutes sur Mer (dont nous parlons beaucoup sur le blog, ICI et LA), Guilhem Valayé. Car il faut savoir que le groupe 3 Minutes sur Mer a des accointances particulières et anciennes pour le pays du caribou et du sirop d’érable (promis, j’arrête avec les clichés éculés de suite). Ils ont effectué, il y a quelques années déjà, une tournée au Québec et ils ont eu l’opportunité de rencontrer l’ex-leader du groupe Karkwa à de nombreuses reprises. Leur solide amitié s’est d’ailleurs concrétisée récemment par la participation de Louis-Jean Cormier aux choeurs et aux voix d’un des titres de leur EP « Catapulte » publié ce Printemps. La boucle est donc bouclée.

L’occasion était trop belle avec le passage de Louis-Jean Cormier à Paris pour que le duo se forme le temps d’une après-midi aussi chaude qu’un calorifère.  Cette session acoustique a tenu toutes ses promesses. On vous conseille de jeter vos yeux et une oreille chez nos amis de Froggy’s Delight pour découvrir cette session prochainement. Vous ne serez pas déçu. Promis, juré, craché !

En plus de cet entretien et de la session acoustique, Frédéric Petit m'a permis de conserver un très bon souvenir de ces moments, avec ses magnifiques clichés à découvrir ci-dessous dans son album photo  :

Photos Louis-Jean Cormier par Frédéric Petit

Site Internet de Frédéric Petit 

Sa page Facebook

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Crédit photo : Frédéric Petit - Reproduction interdite. Tous droits réservés

Si le cœur vous en dit, vous pouvez lire un article sur Daniel Beaumont, qui a collaboré sur l’album Le Treizième Etage et Les Grandes Artères avec Louis-Jean Cormier, sur le site laPresseCA..

Louis-Jean Cormier sera en tournée en solo cet automne en France et en Belgique, et à Paris, pendant le Festival du MAMA le 13 octobre aux 3 Baudets (réservation disponible).

Découvrez le premier single issu de l'album "Les Grandes Artères", avec le clip vidéo de "Si tu reviens".

Plus d'infos sur Louis-Jean Cormier : Site officiel - Facebook - Twitter

Retour à l'accueil